index

index (© (c) Peter Lindbergh)

Juliette et Justine, le vice et la vertu

Plus d'information

On présente souvent l'œuvre de Sade comme une utopie cauchemardesque où le meurtre, la violence sexuelle, l'anthropophagie sont loués pourvu qu'ils permettent aux puissants de jouir sans entrave.

Isabelle Huppert, que l'on aura découverte dans le rôle d'une Phèdre réinventée par Krzysztof Warlikowski, prête sa voix à deux figures emblématiques de l'œuvre de Sade: Justine et Juliette, deux sœurs aux destins opposés, l'une perdue par la vertu, l'autre triomphant par le vice.

À travers elles, Raphaël Enthoven interroge le malaise qui pèse sur l'héritage du sulfureux écrivain: «Pourquoi Sade continue-t-il - légitimement - de nous choquer? Son éloge du vice et les orgies qu'il décrit ne suffisent pas à comprendre la persistance du dégoût qu'il inspire. Le mal vient de plus loin. Sade, c'est l'ombre des Lumières. Son immoralisme est d'abord un amoralisme. Sous les imprécations du mécréant, il faut entendre le refus de croire que le monde est là pour nous faire plaisir. C'est peut-être là qu'il est indigeste: dans la constance avec laquelle il construit une philosophie - et même une éthique - sur le socle d'un monde glacial et inhumain.»

» Isabelle s'amuse [...] et prend la même distance avec les tourments masochistes de Justine qu'avec les bravades libertino-libertaires de Juliette. Les folies du marquis, avec elle, ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Divine Isabelle, qui termine par cette profession de foi - c'est Juliette qui parle: «Je suis l'ennemie jurée de toutes les religions, de tous les dieux, je ne crains ni les maux de la vie ni les suites de la mort, et quand on me ressemble on est heureux.» Le Monde, Fabienne Darge

» Juliette et Justine sont soeurs. Inutile de faire un dessin. Ce Gémeaux de Marquis de Sade adore le jeu du «deux». La vertu ne sert à rien. Seul le vice peut vous rendre heureux. C'est d'ailleurs la conclusion insolente que lance la belle Isabelle après une heure quinze de lecture! Le public écoute. Secoué, on le devine aux frémissements, lorsque ce grand prosateur qu'est Sade appelle un chat un chat. Le sexe est omniprésent et l'imaginaire est très «gothique»: des forêts, des châteaux, des moines lubriques, des bonnes sœurs perverses, tout y passe! Mais c'est l'art de dire qui ici subjugue. Et l'art de la transformation. [...] la transformation du visage, des expressions de l'interprète mutine ou effarouchée, jouisseuse ou candide pour être Juliette et pour être Justine! Et leurs interlocuteurs. Le public rit à ces transformations subtiles et maîtrisées dont Isabelle Huppert fait son miel. Ce public, elle ne l'oublie pas. Le Figaro, Armelle Heliot  




Textes réunis par Raphaël Enthoven Production Les Visiteurs du Soir Création le 27 janvier 2013 au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar)Lundi 12  DECEMBRE 2016 à 20h00 (tickets)
DURÉE 1h15 (pas d'entracte)
Adultes 20 €, 15 €, 8 € / Jeunes 8 € / Kulturpass bienvenu
Lieu: Théâtre des Capucins


Contacts pour cet événement

Internet: http://www.theatres.lu/-p-20001988.html


Organisations reliées

- Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, LUXEMBOURG - Luxembourg


Partager cette information

 
Adresse et carte

9 Place du Théâtre
L-2613 LUXEMBOURG
Luxembourg


Afficher sur la carte
Quand
Date(s) et horaire(s)

12/12/2016

20h00 (Horaire)
Lundi, 12/12/2016


Ajouter à mon calendrier
Tickets

12/12/2016 20h00

Sélectionnez la recherche avancée:

événements / adresses

connect with culture